Siobhán Gately, illustrator, painter, sculptor, her workshop is in Trentemoult, her exhibitions in France and Ireland. She designs visual identities for festivals, hospitals, psychologists, winemakers, in posters, magazines, books, card games and many more projects which illustrate our day to day lives.

They can’t stand still, Siobhán Gately’s characters: suspended, balancing, alone, in couples, in a crowd, on a stand, framed… They’re light in sculpture like the material to build them.

They’re alive in illustration, like the colours which animate them. They laugh, dance, play, chat, these side-eyeing couples, these portraits of a thousand expressions, these “courant d’air” families, these tattooed women… Little embarrassments that infiltrate day to day scenes, because being where you belong, or putting yourself in someone else’s shoes is a daily challenge:

“Besides, great to see you but I’ll be on my way!”, as some of her characters might say!

Siobhán Gately, illustratrice, peintre, sculptrice, son atelier est à Trentemoult, ses expositions en France et en Irlande. Elle signe l’identité visuelle de festivals, hôpitaux, psychologues, vignerons, dans des affiches, magazines, livres, cartes à jouer et bien d’autres projets qui illustrent notre vie quotidienne.

Ils ne tiennent pas en place, les personnages de Siobhán Gately: suspendus, en équilibre, seuls, à deux, dans la foule, en affiche, sur un socle, encadrés… Ils sont légers en sculpture comme la matière pour les fabriquer. Ils sont vivants en illustrations, comme les couleurs qui les animent. Ils rient, dansent, jouent, bavardent, ces couples en chien de faïence, ces instits aux mille regards, ces familles « courant d’air », ces femmes tatouées. De petits embarras s’infiltrent dans ces scènes de vie, parce qu’être à sa place, où se mettre à la place des autres est une gageure quotidienne:

« D’ailleurs c’est pas que j’m’ennuie mais faut qu’j’me sauve! » comme diraient certains de ses personnages!